Accueil

Bois de rose : vers la renaissance d’une filière durable en Guyane

Le Cirad et la Région Guyane ont organisé une journée sur le bois de rose le 25 novembre 2014. Objectif : faire état des connaissances acquises sur cette espèce emblématique, et présenter les bases indispensables à la mise en place d’une filière de production durable.

Certifier l’origine des arbres de bois de rose en Guyane, depuis la graine jusqu’à l’huile essentielle, afin d’être en accord avec les exigences réglementaires : premier objectif atteint pour Anib@rosa avec la mise en place d’un guide de traçabilité ! A partir de l’étude de plantations existantes, ce projet, animé par le Cirad et co-financé par le FEDER, a aussi permis d’identifier la qualité de sol et les besoins en lumière nécessaires à une croissance optimale des arbres pour une production d’huile essentielle de qualité. Les conditions optimales pour installer une plantation ont été présentées ainsi le 25 novembre lors d’une matinée consacrée à la restitution des résultats du projet, auquel l’Inra et l’ONF ont aussi participé.

L’itinéraire technique élaboré pour conduire une plantation a été mis à disposition des producteurs qui viennent de se regrouper au sein d’une association, et différents scénarios de développement d’une filière de production durable de bois de rose en Guyane ont été débattus.

Une filière qui a du potentiel, puisque les scientifiques ont montré que l’huile essentielle tirée des jeunes arbres (10 ans)  est très concentrée en linalol lévogyre, le composé intéressant les acheteurs potentiels… 

Le bois de rose : entre passé prospère et avenir durable

« En plus de ces résultats qui permettent aujourd’hui de poser les bases de la mise en place d’une production durable de bois de rose en Guyane, le projet Anib@rosa a aussi favorisé la formation de de jeunes, du lycée jusqu’à la thèse, en passant par des jeunes en réinsertion. La plupart de ces jeunes se sont insérés avec succès sur le marché du travail, ce qui révèle les compétences qu’ils ont pu développer et faire reconnaître au cours du projet », souligne Nadine Amusant du Cirad, coordinatrice du projet. 

A l’issue des présentations de la matinée précédée d'un film "Le bois de rose : entre passé prospère et avenir durable", une visite d’exploitation de bois de rose fut organisée à Pointe Combi.

Une exposition était également accessible durant une semaine à la cité administrative régionale de Cayenne.

Le saviez-vous ?

Le bois de rose, une espèce protégée

Le bois de rose (Aniba rosaeodora) a occupé une place importante dans l’économie de la Guyane pendant près d’un siècle. L’huile essentielle, extraite de son bois, est en effet recherchée comme composant de nombreux parfums de luxe. L’exploitation abondante de cette espèce d’Amazonie a conduit à une raréfaction de la ressource et à l’arrêt de la production dans les années 70. Il ne reste plus que quelques peuplements épars localisés dans d’anciennes exploitations. Depuis 2001, cette espèce est inscrite sur la liste des espèces protégées en Guyane et à une grande échelle sur l’annexe II de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction (CITES). 

Publiée : 24/11/2014

Cookies de suivi acceptés