Accueil

Agrumiculture durable et agro-écologie en Martinique : rencontre au Campus agro-environnemental

Le Cirad a regroupé, le 5 avril dernier au Campus agro-environnemental Caraïbe, une vingtaine de partenaires du monde agricole autour du thème de l’agrumiculture durable et de l’agro-écologie en Martinique. Parmi les participants : la conseillère territoriale en charge de l’enseignement supérieur et de la recherche, Aurélie Nella, le Délégué Régional à la Recherche et à la Technologie, Philippe Hunel, et le vice-Président de la Commission Recherche de l’Université des Antilles, pôle Martinique, Justin Daniel.

« Une rencontre enrichissante qui laisse augurer de belles perspectives. La CTM sera à vos côtés ». C’est ainsi qu’Aurélie Nella, représentante de la Collectivité Territoriale de Martinique, a conclu sa visite au Campus agro-environnemental Caraïbe (CAEC). Les chercheurs ont présenté deux projets pour le développement durable de la Martinique : l’un sur les symbioses pour favoriser les pratiques agro-écologiques amélioratrices de la productivité en milieu tropical ; l’autre sur l’agrumiculture durable sous contrainte du citrus greening (Huanglongbing).

Agrumiculture durable sous contrainte du citrus greening (Huanglongbing)

Récemment identifiés en Martinique, la maladie du greening des agrumes et le chancre citrique, sont des contraintes majeures pour l’agrumiculture dans les Antilles Françaises. Le Cirad, avec la FREDON, l’IT2 et la Chambre d’Agriculture, proposent un plan d’action en deux temps, visant sur le court terme la sauvegarde des ressources patrimoniales d’agrumes, la production de plants sains et l’adaptation des pratiques de conduite des vergers. A plus long terme, il s’agit de sélectionner et créer du matériel végétal tolérant et adapté aux conditions agroenvironnementales et aux goûts locaux.

Les symbioses pour favoriser les pratiques agroécologiques  

L’UMR LSTM regroupe des agents du Cirad, de l’IRD, de l’INRA, de l’Université de Montpellier et de l’Université des Antilles. Cette unité de microbiologie et de biologie des plantes travaille notamment sur l’optimisation du fonctionnement des symbioses plantes/microorganismes pour améliorer la productivité des agrosystèmes dans le contexte d’une agriculture à faibles apports d’intrants. Une implantation de l’UMR en Martinique est envisagée pour appuyer les projets de recherche et de développement soumis à la Collectivité Territoriale de Martinique.

Publiée : 20/04/2017

Cookies de suivi acceptés